Paris 28.22€ (+0.57%)

Quelles mesures pour lutter contre la pollution de l’air ?

L’air que nous respirons est pollué. C’est vrai d’abord pour l’air extérieur, qui subit notamment les rejets industriels ou liés au transport… mais c’est encore plus vrai pour l’air intérieur, victime d’autres pollutions et souvent mal renouvelé. Dans ce contexte, nous proposons des solutions globales pour mesurer et réduire cette pollution de l’air, dans tous les types de bâtiments.

Quelles sont les causes de la pollution de l’air ?

La pollution de l’air est liée aux activités humaines.

Un enjeu de santé publique

La pollution de l’air est un enjeu de santé publique. L’OMS nous le rappelle avec un chiffre choc : cette pollution aurait causé, en 2016, plus de 8 millions de décès prématurés à travers le monde. Soit le quatrième facteur de mortalité au monde.

Parmi les causes essentielles de cette pollution de l’air, les activités humaines. En particulier, l’industrie, l’agriculture, les transports ou le chauffage résidentiel, qui produisent des polluants de différents types (gaz, particules fines, etc.) et les rejettent dans l’atmosphère.

Une pollution de l’air intérieur plus importante encore

Contrairement à ce que l’on s’imagine parfois, cette pollution de l’air ne s’arrête pas à la porte des bâtiments. Elle peut même être jusqu’à 8 fois plus forte en intérieur…. là où nous passons plus de 85 % de notre temps. La faute essentiellement aux matériaux de construction et d’ameublement, ou aux produits d’entretien.

A court terme, cette pollution de l’air intérieur peut être à l’origine d’un sick building syndrom. Celui-ci peut se traduire par des maux de tête, de la fatigue, des allergies et irritations voire de l’asthme. 

Si ces pathologies sont néfastes pour des employés de bureau, elles sont encore plus préoccupantes lorsqu’elles touchent par exemple des publics fragiles, comme dans une école ou un hôpital. Le Covid-19 vient d’ailleurs nous rappeler qu’il est aussi important de lutter contre la pollution de l’air intérieur liée aux agents pathogènes.

Si l’on prend en compte toutes ses conséquences sur la santé humaine, la pollution de l’air pourrait coûter jusqu’à 1 % du PIB mondial en 2060, selon l’OCDE.

Une prise de conscience inégale à travers le monde

Si les activités humaines sont responsables des concentrations en polluants atmosphériques anormalement élevées, la législation n’est pas la même partout dans le monde. Certains pays ou aires géographiques comme l’Union européenne l’ont ainsi durcie, en particulier en fixant des seuils d’émission.

Plusieurs directives européennes (2004/107 et 2008/50/CE) définissent, en effet, les normes sanitaires à respecter. Chaque État, membre de l’Union européenne, doit : surveiller la qualité de l’air et informer les populations de la qualité de l’air ; respecter les normes fixées et agir pour réduire la pollution dans les zones ne respectant pas les normes.

Et la directive 2016/2284 du 16 décembre 2016 impose des objectifs de réduction des émissions de polluants d’ici 2030 avec, également, la mise en place d’un système d’inventaire national d’émissions de polluants atmosphériques et un plan d’action national de réduction de ces émissions pour réduire au niveau européen de 50 % la mortalité liée.

Toutefois la problématique a émergé plus récemment dans d’autres régions du globe, pourtant très polluées. On peut citer la ville de New Delhi, 6e métropole la plus polluée au monde où le marché des masques et purificateurs d’air intérieur s’envole, ou encore la Chine où plus de 500 manifestations quotidiennes contre la pollution ont lieu depuis 2015.

S’il existe encore peu de règles quant à la pollution des espaces intérieurs, certains pays comme la France ont déjà fait un premier pas. Ainsi, depuis 2011, certains polluants comme le formaldéhyde et benzène y font l’objet d’un suivi obligatoire, même si cela s’applique uniquement dans les bâtiments recevant du public.

Notre approche pour lutter contre la pollution de l’air

Dans le cadre de notre action contre la pollution de l’air, nous proposons des solutions globales de mesure et d’amélioration de la qualité de l’air intérieur, y compris parfois en devançant la législation. Parallèlement, le contexte sanitaire du Covid-19 a mis en lumière notre expertise en matière de désinfection.

En complément, nous mobilisons notre expertise pour mesurer, contrôler et réduire les rejets de nos propres activités liées par exemple à l’incinération des déchets dangereux, ou au traitement des eaux usées.

Amélioration de la qualité de l’air intérieur des bâtiments

Nous aidons nos clients à améliorer la qualité de l’air dans leurs bâtiments à tous les niveaux. D’abord, notre solution Air Control permet d’évaluer et de gérer en continu la qualité de l’air. Puis, avec Air Performance, nos clients peuvent piloter et optimiser leurs installations pour garantir un air de qualité. Enfin, Air Human vient impliquer toutes les parties prenantes dans l’amélioration de la qualité de l’air, en les informant et en les guidant dans leurs pratiques.

Désinfection des bâtiments

Nous luttons contre la propagation des champignons, bactéries pathogènes, parasites et bien sûr des virus comme le Sars-Cov-2. Qu’il s’agisse de bureaux, d’installations industrielles ou de bâtiments recevant du public, nous contribuons à un environnement plus sain pour les personnes. Notre expertise en désinfection multiforme assure le nettoyage et la désinfection des espaces intérieurs dans le strict respect des normes.

  • Une solution sur-mesure de traitement de l’air intérieur
     

  • Une minimisation du risque sanitaire
     

  • Une optimisation de la productivité
     

  • Un accompagnement sur le long terme
     

  • La réactivité des intervention

La différence Veolia

Qualité Air Intérieur Le Raincy

Nous l’avons fait !

CHUM

Canada

Assurer un air sain et de qualité pour un centre hospitalier

Le Centre Hospitalier de l’Université de Montréal est né en 1996 de la fusion de trois établissements. Dans le cadre d’un contrat de performance énergétique de large périmètre, nous avons été retenus pour accompagner le projet de migration de cet ensemble, dit « CHUM », vers un site unique en 2016. Les questions relatives à la qualité de l’air intérieur faisaient partie de cette mission, avec des volets de design, d’assistance, d’opération et de gestion des risques.

Société Générale France

France

Improving air quality and thus working conditions at the headquarters of a major bank

The Société Générale commissioned us to analyze the indoor air quality of its historical headquarters and its Parisian branches (30 sites). Thanks to the action plan implemented, Société Générale was able to comply with the best air quality standards and ensure optimum comfort for its customers and employees. All this while increasing the transparency and traceability of energy systems within the company.

Découvrez nos solutions pour…